Les Destinations de Julie
Luberon
Accueil > France > Luberon

Luberon

Dernière visite en août 2017

C’est ici que j’ai grandi, dans ce petit bout de Provence qui s’étire de la plaine de la Durance aux monts du Vaucluse. Le chant des cigales, l’odeur du romarin et de la lavande, le goût des olives à l’heure de l’apéro, la terre cramée par le soleil et balayée par le Mistral… Autant de façons de décrire le Luberon de mon enfance, où j’ai la chance de revenir souvent, et que je vous emmène découvrir !

Cucuron

Que serait le Luberon sans ses villages provençaux aux ruelles pavées et aux boutiques colorées ? Au cœur du pays d’Aigues, une poignée d’entre eux a su rester authentique, à commencer par Cucuron.

La place de l’Etang est le départ d’un circuit « Patrimoine » qui arpente le bourg (prospectus disponible à l’office du tourisme). Jolis points de vue sur les toits depuis la vieille tour des remparts et le donjon Saint-Michel.

Vous trouverez plus d'infos sur les villages du sud du Luberon sur luberoncotesud.com.

Cucuron – Etang Cucuron – Tour des remparts Cucuron – Eglise Notre-Dame de Beaulieu Cucuron Cucuron – Vue depuis la tour des remparts Cucuron
Luberon – Vue depuis le donjon Saint-Michel

Au-dessus de Cucuron, la chapelle de l’Ermitage domine les alentours.

Luberon – Chapelle de l'Ermitage

Ansouis

Le lierre grimpe sur les murs en pierre du village d'Ansouis. Ancienne forteresse militaire, le château a été bâti au Xe siècle pour contrôler la vallée d'Aigues.

Vue depuis le château d'Ansouis Château d'Ansouis Ansouis Ansouis

Saint-Martin-de-la-Brasque

Saint-Martin-de-la-Brasque est une vieille bourgade aux maisons typiques.

Saint-Martin-de-la-Brasque Saint-Martin-de-la-Brasque

Son marché du dimanche matin respire le Sud, et on adore ça !

Marché de Saint-Martin-de-la-Brasque Marché de Saint-Martin-de-la-Brasque Marché de Saint-Martin-de-la-Brasque

Etang de la Bonde

L'été, c'est au lac de la Bonde que se retrouvent les locaux, pour se baigner dans l'un des plus importants réservoirs d'eau du Sud Luberon.

Etang de la Bonde

Moulin de Sannes

Au milieu des champs, le moulin de Sannes a fière allure !

Moulin de Sannes

Cadenet

Ce n’est pas pour le charme de ses allées que j’affectionne Cadenet, mais pour ses troglodytes ! Sur les hauteurs du village, on accède librement à cet ensemble de salles voutées et d’escaliers taillés dans la roche, datant du XVIe siècle. Enfant, c’était un super terrain de jeu ! De là-haut, on perçoit toute la plaine de la Durance.

Cadenet – Troglodytes Cadenet – Troglodytes Cadenet – Troglodytes
Cadenet – Vue depuis les troglodytes Cadenet – Troglodytes

Lourmarin

Labellisé Plus beau village de France, au milieu des vignes et des oliviers, Lourmarin fait partie des communes phares du Luberon. On aime à rappeller qu'Albert Camus a vécu ici, et qu'il y repose. Pour découvrir Lourmarin, l'office du tourisme propose un itinéraire qui court entre les maisons de caractère et les ruelles étroites.

Lourmarin Lourmarin Lourmarin Lourmarin Lourmarin Lourmarin – Temple Lourmarin Château de Lourmarin

Gordes

Comme beaucoup de villages en Luberon, Gordes est perchée sur un éperon rocheux qui surplombe la campagne. Le plus beau point de vue pour l’admirer se trouve au bord de la D15 qui vient du Sud (parking aménagé).

Gordes – Vue depuis la D15 Gordes – Vue depuis la D15

Les ruelles sont une invitation à la flânerie…

Gordes

On m’a emmenée boire un verre au Cercle Républicain, un café dont la terrasse étriquée révèle une super vue sur les maisons chics et leur piscine. Une autre façon de découvrir Gordes 😁 !

Gordes – Vue depuis le Cercle Républicain

Au nord-ouest du centre-ville se situe l’une des images de carte postale les plus connues du Luberon : l’abbaye de Sénanque, baignée dans les champs de lavande (floraison en juillet). Il s’agit d’un monastère cistercien fondé au XIIe siècle, et qui accueille encore aujourd’hui une communauté religieuse. Ce sont les droits d’entrée et les revenus de la boutique qui permettent l’entretien de ce patrimoine et la subsistance des moines. Si vous n’avez pas l’occasion de la visiter, un coup d’œil aux seuls extérieurs est tout de même superbe !

Gordes – Abbaye de Sénanque Gordes – Abbaye de Sénanque

Le village des bories est un autre témoignage de l’histoire locale. Ces cabanons de pierre sèche, parfaitement intégrés dans le paysage, sont des constructions traditionnelles provençales érigées sans mortier, car ici, l’eau est rare. Appelés capitelles dans le Gard ou orris dans les Pyrénées, ces habitats temporaires saisonniers proviennent de la nécessite d’épierrer le sol pour mettre les terrains en culture. On compte 6 000 bories en Provence, et 400 rien qu’à Gordes. Les plus anciennes datent du XIVe siècle et ont été occupées jusqu’au XIXe ; elles ont été restaurées, mais tout est d’origine. Prévoyez 1 heure de visite.

Gordes – Village des bories
Gordes – Village des bories Gordes – Village des bories Gordes – Village des bories Gordes – Village des bories Gordes – Village des bories Gordes – Village des bories Gordes – Village des bories

Roussillon

Roussillon est un autre village luberonnais remarquable. Il fait partie du massif des Ocres, dont le décor écarlate a été façonné par la nature et par l’Homme. Déposé par la mer qui recouvrait la Provence il y a 100 millions d’années, le sable ocreux contient du fer qui s’est oxydé, d’où sa coloration. Au XXe siècle, on extrait la terre du sol, sépare l’ocre du sable, et exporte ce pigment naturel vers tous les continents. Quand la concurrence des colorants artificiels provoque la fermeture des mines deux siècles plus tard, la ville s’adapte en se tournant vers le tourisme.

Un sentier de découverte est notamment aménagé. Le plus long des deux itinéraires proposés demande 45 minutes de visite, au sein des étonnantes falaises orange et rouges. Oubliez les chaussures blanches ! 2,50 € l’entrée, 3 € le parking. Ici, encore plus qu'ailleurs en Luberon, on préfèrera venir aux arrières saisons, loin de la foule et de la chaleur écrasante...

Roussillon – Sentier des ocres Roussillon – Sentier des ocres Roussillon – Vue depuis le sentier des ocres Roussillon – Sentier des ocres

L’ocre a aussi épousé le corps des maisons de Roussillon.

Roussillon Roussillon Roussillon
Roussillon Roussillon

Rustrel

Rustrel fait également partie du massif des Ocres. Les propriétaires des terrains abritant les anciennes carrières d’ocres se sont associés, afin de faire découvrir ce que l’on appelle le Colorado provençal. Pour 5 €, vous accèderez au parking et on vous remettra le plan du site. Une balade d’une heure et demie fait le tour des points les plus connus : le Sahara, le Désert Blanc et les Cheminées des Fées.

On passe d’abord devant un bel ouvrage, l’aqueduc de Couloubrier, utilisé pour transporter l’eau depuis les carrières.

Colorado provençal – Aqueduc de Couloubrier

Le Sahara me donne ensuite l’impression d’arriver sur une autre planète, ou du moins sur un autre continent. Le dégradé de jaune et de rouge, sous un ciel bleu pur comme on en trouve qu’en Provence, est absolument incroyable !

Colorado provençal – Sahara Colorado provençal – Sahara
Colorado provençal – Sahara Colorado provençal – Sahara Colorado provençal – Sahara

Plus loin, le sable s'éclaircit.

Colorado provençal – Sahara
Colorado provençal – Sahara Colorado provençal – Sahara

Après un passage dans les bois, on rejoint un merveilleux belvédère qui révèle toute l’ampleur du site.

Colorado provençal – Belvédère

On atteint ensuite les Cheminées des Fées.

Colorado provençal – Cheminées des Fées

Le sentier se termine peu après le Désert Blanc.

Colorado provençal – Désert Blanc

A l’habituel débat Roussillon contre Rustrel, je réponds donc sans hésitation Rustrel, que j’ai trouvé beaucoup plus sauvage et éclatant.

Bonnieux

Les forêts de chênes et les champs de lavande dessinent sur le plateau des Claparèdes des paysages paisibles, à l’écart des circuits touristiques les plus balisés. La plaine s’étend de Bonnieux à Castellet, dans un patchwork de vignobles et de plantations d’oliviers, parsemé d’habitats de pierre sèche.

Bonnieux est érigé sur le versant nord de la crête du Luberon. Du haut des 86 marches de la vieille église, à travers les branches de cèdres centenaires, on embrasse les cultures agricoles qui s’étendent à perte de vue, jusqu’au mont Ventoux.

Bonnieux – Eglise neuve Bonnieux – Vue depuis l'église vieille
Bonnieux – Eglise neuve Bonnieux – Eglise vieille Bonnieux – Eglise vieille

Si vous arrivez à Bonnieux par le Nord, faites une halte au pont Julien, un singulier ouvrage romain daté de l’an 3 avant J. C. !

Bonnieux – Pont Julien

Et si vous venez du Sud, la route qui serpente dans la combe de Lourmarin, entre le Petit et le Grand Luberon, est également très pittoresque.

Combe de Lourmarin

Dans la forêt des Cèdres, l’enclos des bories de Bonnieux est d’un style très différent de celui de Gordes : moins connu, peu restauré, il est aussi bien plus sauvage et bien plus vaste ! Le parc de 4 hectares comporte une vingtaine d’habitations, des aires de battages du blé, des aiguiers (réservoirs d’eau), un rucher… Le clou du spectacle, en fin de parcours, un magnifique panorama sur Bonnieux et la vallée du Calavon ! Environ 45 minutes de découverte.

Bonnieux – Enclos des bories Bonnieux – Enclos des bories Bonnieux – Enclos des bories
Bonnieux – Vue depuis l'enclos des bories Bonnieux – Vue depuis l'enclos des bories

Saignon

Attachant village haut perché, Saignon se distingue de par son rocher, occupé depuis l’Antiquité et où demeurent d’importants remparts. On y jouit d’un panorama exceptionnel sur toute la plaine du Luberon, au nord le sommet pelé du mont Ventoux, et au sud le Mourre Nègre, point culminant du massif.

Saignon Saignon – Vue depuis le rocher Saignon – Vue depuis le rocher Saignon – Vue depuis le rocher Saignon – Vue depuis le rocher Saignon – Rocher Saignon – Vue depuis le rocher

Les ruelles fleuries du village convergent vers une placette bourrée de charme.

Saignon Saignon Saignon

Quant à l’église paroissiale Notre-Dame-de-Pitié, elle fut un important lieu de pèlerinage pour la Provence.

Saignon – Eglise Notre-Dame-de-Pitié Saignon – Eglise Notre-Dame-de-Pitié

Saignon est aussi connue pour ses champs de lavande, nombreux le long de la D232 en provenance de Bonnieux.

Saignon – Champs de lavandes le long de la D232 Saignon – Borie le long de la D232

Auribeau

Mais mon endroit préféré pour contempler les lavandes, c’est la D48 qui relie Saignon à Auribeau, toujours sur le plateau des Claparèdes. Les champs sont ici beaucoup moins disciplinés qu’à Valensole, mais cela n’enlève rien à leur charme, bien au contraire !

Champs de lavande entre Saignon et Auribeau Champs de lavande entre Saignon et Auribeau Champs de lavande entre Saignon et Auribeau

Jetez un coup d’œil au minuscule bourg d’Auribeau et à ses maisonnettes en pierre.

Auribeau

Castellet

Tout aussi petit et tout aussi mignon, Castellet possède une belle église et un lavoir. Je me suis arrêtée à la Cave de Cricri, une jolie boutique où l’on trouve des produits locaux, comme du jus de cerises ou des sachets de lavande.

Castellet Castellet Castellet – Cave de Cricri

Silvergues

Au fin fond du Luberon se trouve le minuscule et authentique patelin de Silvergues, moins de 50 habitants. S’il est vrai qu’il n’y a pas grand-chose à y faire, on y retrouve tout ce qui fait la Provence, sans l’agitation touristique qui va avec : les vieilles pierres, les cyprès…

Silvergues Silvergues
Icône restaurantà table !

Grosse chaleur ? Direction la charmante terrasse de l’Art Glacier, agencée autour d’une fontaine, pour déguster d’excellentes glaces artisanales ! Classiques ou plus originaux, les parfums sont servis dans de grandes coupes à partager (ou pas !), agrémentés de fruits frais, de meringue, de nougatine… Très bonne adresse où l’on paye la qualité des produits et le cadre enchanteur.

L'Art Glacier L'Art Glacier

Ne quittez pas le Luberon sans avoir goûté au gibassier, une sorte de galette à l’huile d’olive que l’on ne fabrique qu’en Provence. Le vrai gibassier est dur et bien différent d’une pompe à l’huile moelleuse. On en trouve un excellent à la Maison du Gibassier à Lourmarin.

Gibassier

Côté resto, L’Olivier propose un délicieux menu surprise à 60 €, comprenant 7 plats élaborés en fonction du marché. J’ai beaucoup aimé le principe, mais aussi le cadre, à côté de la piscine (dernière visite en 2010).

Restaurant L'Olivier Restaurant L'Olivier

Au cœur du pittoresque village de Cucuron, La Petite Maison est une table étoilée qui saura ravir les gastronomes ! La cuisine, signée Eric Sapet, transpire la générosité et l’amour des bons produits. Un menu qui change chaque semaine, peu de tables et une déco traditionnelle (gros plus pour l'adorable patio en été !).

Restaurant La Petite Maison de Cucuron Restaurant La Petite Maison de Cucuron Restaurant La Petite Maison de Cucuron

C’est dans un très beau jardin provençal que se situe l’auberge de La Fenière, également décorée d’une étoile au Michelin. Reine Sammut et sa fille y préparent une savoureuse cuisine méditerranéenne qui met à l’honneur l’huile d’olive et qui, depuis peu, est sans gluten. Service très distingué.

Restaurant La Fenière Restaurant La Fenière Restaurant La Fenière Restaurant La Fenière Restaurant La Fenière
Carte des destinations

Vous avez aimé cet article ?

Pensez à partager, épingler, commenter :
c'est ma meilleure récompense ! Clin d'oeil

Nouveaux articles
Vercors est
28 octobre 2018
Plateau de l'Aubrac
23 septembre 2018
Majorque
8 juillet 2018
Que faire avec ses photos de voyage ?
21 mai 2018
Vercors ouest
22 avril 2018
La liste de vie : un état d'esprit !
25 mars 2018

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !