Les Destinations de Julie
Majorque
Accueil > Espagne > Majorque

Majorque

Visite en mai 2018

C’est une envie d’air marin, de dépaysement et de tapas qui m’a amenée à Majorque en ce mois de mai, période la plus propice aux randos sur ce bout de terre espagnol… Derrière les clichés de fiesta et d’usine à touristes qui collent à la peau de la plus grande des îles Baléares, j’espérais y trouver, hors saison, une nature opulente qui saurait me ravir, et je n’ai pas été déçue ! Entre mer et montagne, se dessinent des paysages parfois arides, souvent verdoyants, qui côtoient des calanques turquoise…

Pour commencer

La préparation du voyage

Congés accordés au dernier moment obligent, j’ai réservé et organisé mon voyage seulement 1 mois avant le départ. Après avoir repéré les lieux qui m’intéressaient autour de l’île, j’ai réservé la traversée en bateau puis les hôtels : 3 jours du côté est de l’île, 4 jours de l’autre. Mais ceux qui envisagent un voyage plus long et qui randonnent n’auront aucun mal à s’occuper pendant 3 semaines sur l’île : il y a beaucoup de choses à voir !

Voici grosso modo comment s’est déroulé mon séjour :

Jour 1
  • Départ bateau 20h de Toulon
Jour 2
  • Randonnée de l’ermita de la Victòria
  • Nuit à Cala Millor
Jour 3
  • Calas de la côte nord-est : cala Agulla, cala Mesquida, cala Torta…
  • Nuit à Cala Millor
Jour 4
  • Calas de la côte sud-est : parc de Mondragó, port Cala Figuera, calò des Moro…
  • Nuit à Cala Millor
Jour 5
  • Palma de Majorque
  • Nuit à Calvià
Jour 6
  • Randonnée vers La Trapa par le cap Fabioler
  • Route des miradors
  • Nuit à Calvià
Jour 7
  • Presqu’île de Formentor
  • Nuit à Calvià
Jour 8
  • Randonnée du lac de Cúber
  • Nuit à Calvià
Jour 9
  • Départ bateau 6h30 d’Alcúdia

Bien que ce soit un séjour à l’étranger, le fait de partir avec ma voiture (moins de difficultés pour les bagages qu’en avion) et que je voyage dans l’Union européenne (pas de commissions bancaires ou de frais téléphoniques), ont bien facilité mes préparatifs. Ne pas oublier quand-même de faire la demande de sa carte européenne d’assurance maladie.

Côté rando, j’ai préparé mes balades grâce au guide Rother, très bien fait et que j’ai vu ensuite là-bas entre de nombreuses mains. Les fichiers GPX sont même fournis avec.

La traversée depuis Toulon

J'ai rejoint Alcúdia depuis Toulon, une traversée proposée 2 fois par semaine depuis avril 2018 par Corsica Ferries. 260 € m’ont été demandés pour 2 adultes et 1 voiture aller-retour. La sortie du port de Toulon est un chouette spectacle, le bateau passant à côté de la base navale et de la presqu'île de Saint-Mandrier. S'en suit une nuit de navigation sur les eaux de Méditerranée...

Traversée de Toulon à Alcúdia Traversée de Toulon à Alcúdia Traversée de Toulon à Alcúdia – Port Traversée de Toulon à Alcúdia – Base navale Traversée de Toulon à Alcúdia

S’il y a une chose que je retiens pour mes futures traversées en bateau, c’est de préférer dormir par terre avec un sac de couchage, plutôt que de réserver des sièges payants inconfortables ! Il y a en effet beaucoup d’espace vide où l’on peut s’allonger, et nombreux étaient les gens qui avaient choisi cette option.

Mes impressions générales sur Majorque

⇒ Les paysages

Avant de partir, j’avais une petite pointe d’appréhension quant à l’image très bétonnée de l’île. Sortie des villes côtières qui sont, pour beaucoup, assez vilainement urbanisées, j’ai néanmoins adoré les bords de mer majorquins. Bien que le maquis méditerranéen rappelle évidement celui que l’on connait en France, je me suis quand même sentie dépaysée, certaines zones étant par exemple désertiques. C’est le nord / nord-est de l’île que j’ai préféré, où j’ai fait de très belles randos et où j'ai particulièrement aimé l'environnement. Par contre, à moins de vouloir faire du cucul-plage ou de chérir les bains de foule, je déconseille vraiment cette destination en été. Si j’étais relativement isolée lors des randos, il commençait à y avoir déjà pas mal de monde sur les plages les plus accessibles, et cela doit vite devenir l’enfer dès le mois de juin !

La faune majorquine se caractérise par la présence de nombreuses chèvres : une minorité d’entre elles sont des animaux ancestraux appelés "chèvres sauvages", tandis que les autres sont d’origine domestique et devenues sauvages récemment. On reconnait les premières à leurs cornes, et parce qu’elles sont plus petites.

Chèvre
  • Randonnées préférées : boucle de l’ermita de la Victòria, sentier côtier de cala Torta, lac de Cúber
  • Calas préférées : coll Baix, cala Torta, cala Figuera (presqu’île de Formentor)
⇒ Les routes

Rien à signaler sur l’état des routes, qui sont souvent très agréables (végétation autour, troupeaux…). Pas de péage, et un prix de l’essence légèrement inférieur à celui en France.

⇒ Le climat

On connait Majorque pour la douceur de son climat, et il y fait globalement un peu plus chaud qu’en France. J’ai profité lors de mon séjour d’une météo plutôt clémente, ce qui est tant mieux car j’ai pu observer que les calanques sans rayons de soleil sont tout de suite beaucoup moins colorées !

⇒ La nourriture

La découverte de spécialités locales fait partie intégrante du plaisir que j’ai à voyager ! Majorque étant espagnole, on y trouve des olives, du chorizo, du jambon ibérique… Du côté des produits typiquement majorquins, il y a les empanadas (des feuilletés à la viande ou aux légumes), des ensaïmadas (sortes de brioches entortillées), ou encore le gâteau aux amandes. L’île fabrique aussi une délicieuse liqueur à l’anis et aux herbes, ainsi que de la soubressade (comme une pâte de chorizo qui se tartine).

Olives Empanadas Ensaïmadas
⇒ L'accueil des majorquins et la langue

Mon mari et moi avons toujours réussi à communiquer en mélangeant l’espagnol, l’anglais et le français, mais même dans les hôtels internationaux, rares sont les employés qui parlaient français. Les locaux s’expriment soit en catalan soit en majorquin ; je les ai trouvés accueillants, ni plus ni moins qu’ailleurs.

Presqu’île d’Alcúdia

Randonnée de l'ermita de la Victòria

Temps de marche 7h30?
Icône dénivelé 980 m.
Icône distance 15,7 km
Télécharger

J’ai pris le départ de cette rando dès l’aube, à peine descendue du ferry qui m’a emmenée à Majorque. Un début de voyage en fanfare puisque c’est l’un des itinéraires que j’ai préférés ! Grand parking à disposition pour se garer au départ.

Je débute par une bonne grimpette dans les bois, puis bifurque en direction du penya des Migdia, une portion où se succèdent les beaux points de vue sur la baie de Pollença, encadrée par la presqu’île de Formentor. A cette heure-là, les oiseaux s’éveillent gaiement et la végétation humide qui borde le chemin me rafraichit les jambes… J’observe déjà beaucoup de chèvres sauvages !

Randonnée de l'Ermita de la Victòria Randonnée de l'Ermita de la Victòria Randonnée de l'Ermita de la Victòria Randonnée de l'Ermita de la Victòria

Après un premier passage assez dingue sous un tunnel creusé dans la falaise, j’entame la montée finale vers le mirador, très escarpée et déconseillée les jours de pluie. De là-haut, on distingue très bien les contours de la presqu’île d’Alcúdia.

Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Montée vers le penya des Migdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Montée vers le penya des Migdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Montée vers le penya des Migdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Montée vers le penya des Migdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Montée vers le penya des Migdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Montée vers le penya des Migdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Montée vers le penya des Migdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Vue depuis le penya des Migdia

Retour par le même chemin et montée vers la talaia d'Alcúdia, que j'atteinds après environ 3h de marche, et où le décor est toujours aussi beau.

Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Talaia d'Alcúdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Talaia d'Alcúdia Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Talaia d'Alcúdia

Vient ensuite une descente vers la plage de Coll Baix. Quand l’éclatante calanque émerge aux creux des montagnes, il faut encore la contourner pour y accéder par l’est. Une vraie merveille ! C’est une grande étendue de touts petits galets orangés, où je me suis sentie particulièrement bien. Le petit bain rafraichissant pour se requinquer avant la suite de la rando est bienvenu ! La plage reste (malheureusement) accessible plutôt facilement puisqu’un parking se situe au-dessus, à une vingtaine de minutes de marche ; pour autant, il n’y avait pas foule non plus.

Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Plage de Coll Baix Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Plage de Coll Baix
Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Plage de Coll Baix Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Plage de Coll Baix Randonnée de l'Ermita de la Victòria – Plage de Coll Baix

Le retour jusqu’au point de départ requiert ensuite 2 heures de marche, dans des paysages encore différents : des herbes balayées par le vent, et toujours des chèvres !

Randonnée de l'Ermita de la Victòria

Plage de Muro

Je ne me suis pas vraiment attardée sur la plage de Muro à Alcúdia. Si je l’ai souvent vue citée comme l’une des plus belles de Majorque (et la plus grande), elle n’était pas forcément à son avantage sous les nuages, et surtout trop peu sauvage pour me plaire…

Alcúdia – Plage de Muro Alcúdia – Plage de Muro

Calas du nord-est

Cala Agulla

Ma découverte des criques du nord-est de l’île a commencé par cala Agulla, dotée d’une jolie plage à l’eau claire et au sable quelquefois rosé. Par contre, elle est très aménagée (transats, parasols, etc.), et son parking coûte 5 € la journée ; j'ai stationné parmi beaucoup d’autres à 1 km de là, sous les pins, où c’est gratuit.

Cala Agulla

Cala Mesquida

L’ouest de la cala Mesquida, en direction des autres calanques, m’a tapé dans l’œil : une eau turquoise qui se balance sous un chemin bordé de végétation sèche... La journée étant déjà bien avancée et ayant prévu une rando plus tard, j’ai dû me résigner à faire rapidement demi-tour et j’en ai été extrêmement frustrée ! Si c’était à refaire, je continuerai vers cala Torta et enchainerai en direction de la torre d’Albarca, mais ce jour-là, j’ai eu peur que ce soit trop loin.

A l'ouest de la cala Mesquida A l'ouest de la cala Mesquida A l'ouest de la cala Mesquida
A l'ouest de la cala Mesquida A l'ouest de la cala Mesquida

Randonnée de la cala Torta jusqu’à la plage de Sa Font Celada

Temps de marche 3h30?
Icône dénivelé 400 m.
Icône distance 12,2 km
Télécharger

L’une de mes excursions favorites à Majorque ! On rejoint d’abord le parking de départ par une route qui offre un ravissant panorama sur les courbes des reliefs environnants.

Route jusqu'à la cala Torta

La merveilleuse cala Torta est la première d’une longue série, puisqu’elles se succèdent sur 6 km. Des rochers rongés par des eaux translucides aux 50 nuances de bleu, du sable virant parfois au rose : un cadre sublime ! J’en ai pris plein les yeux et mes photos en disent bien plus long que ce que je pourrais décrire avec des mots. En cours de route, on passe par la la tour d'Albarca, point de guet construit en 1751, à laquelle on peut monter par une échelle branlante.

Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada – Cala Torta Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada – Cala Torta Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada – Tour d'Albarca Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada – Tour d'Albarca
Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada – Tour d'Albarca
Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada

Le bleu laisse place au vert alors que j’entame la petite boucle vers l’intérieur des terres au niveau de la plage de Sa Font Celada. Un passage tout aussi sympathique, où j’ai pu voir pas mal de biquettes !

Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada Randonnée de la cala Torta à la plage de Sa Font Celada

Retour ensuite jusqu’au départ par le même chemin.

Calas du sud-est

Parc naturel de Mondragó

C’est peut-être l’endroit où j’ai vu l’eau la plus turquoise de mon voyage ! 4 itinéraires sont proposés, mais j’ai préféré longer tout le pourtour du parc de Mondragó, du parking Ca Sa Muda (5 €) à la caló d'es Burgit, ce qui m’a pris 1 heure.

Parc naturel de Mondragó Parc naturel de Mondragó Parc naturel de Mondragó Parc naturel de Mondragó Parc naturel de Mondragó Parc naturel de Mondragó Parc naturel de Mondragó Parc naturel de Mondragó

Es Pontàs

Un arrêt sympathique mais loin d’être incontournable pour voir cette imposante arche d'une vingtaine de mètres de haut. Il est possible de se garer dans les rues non loin d'Es Pontàs.

Es Pontàs

Cala s'Almunia et caló des Moro

Deux joyaux de Majorque ! En se garant au-dessus de cala s'Almunia en haut de l'escalier (peu de places), on peut faire un circuit qui suit la côte entre les 2 criques. La première, cala s'Almunia, est bordée de maisonnettes terriblement pittoresques.

Cala s'Almunia Cala s'Almunia Cala s'Almunia Cala s'Almunia

Juste à côté, impossible de ne pas être subjugué par les couleurs de la caló des Moro. Nous sommes ici sur les terres de propriétaires qui œuvrent depuis 15 ans pour préserver les lieux. Ils ont empêché la construction d’hôtels et replanté 2000 plantes, espérant sensibiliser les touristes à la sauvegarde de ce petit paradis.

Caló des Moro Caló des Moro

Port Cala Figuera

En arrivant à port Cala Figuera, mentionné partout comme un port de pêche authentique, je craignais de trouver le genre d’endroit préservé il y a 10 ans qui, à force d’être indiqué dans tous les guides, était devenu hyper touristique. Et bien non ! C’est un lieu super mignon, où cohabitent chalutiers faisant sécher leurs filets sur les quais, et pêcheurs qui repeignent leur bateau dans leur garage…

Port Cala Figuera Port Cala Figuera Port Cala Figuera Port Cala Figuera Port Cala Figuera Port Cala Figuera

Palma

Un peu allergique aux villes, à leurs bruits et à leur foule, j’ai longtemps hésité à inclure la capitale à mon programme. Et puis je m’y suis finalement arrêtée, sans que cette visite ne me soit vraiment parue inéluctable. J’ai d’abord fait un saut aux halles du marché de l’Olivar, qui m’a beaucoup plu. J’y ai acheté des produits locaux à ramener à la maison, comme le fameux chorizo mou majorquin ou du thon séché fumé. Cela a aussi été l’occasion de goûter aux célèbres jambons ibériques espagnols, dont certains étaient vendus 200 € le kilo : un festin !

Palma de Majorque – Marché de l'Olivar Palma de Majorque – Marché de l'Olivar
Palma de Majorque – Marché de l'Olivar Palma de Majorque – Marché de l'Olivar Palma de Majorque – Marché de l'Olivar

Autre découverte qui m’a séduite à Palma de Majorque, les bains arabes situés dans les jardins de la Can Fontirroig (2 € l’entrée). Bien que ce soient de tout petits jardins qui ne cassent pas 3 pattes à un canard, il se dégage vraiment quelque-chose de la coupole aux 12 colonnes, abritant jadis des bains chauds et unique vestige de la domination musulmane à Majorque.

Palma de Majorque – Jardins de la Can Fontirroig – Bains arabes Palma de Majorque – Jardins de la Can Fontirroig – Bains arabes Palma de Majorque – Jardins de la Can Fontirroig

La recherche des patios dans la vieille ville m’a rappelé celles des traboules à Lyon : beaucoup sont fermés, mais ceux que l’on trouve ne manquent pas de charme.

Dans les rues de Palma Dans les rues de Palma Dans les rues de Palma Dans les rues de Palma Dans les rues de Palma Dans les rues de Palma

Quant au quartier de la cathédrale, c’est certainement le plus photographié de Palma…

Palma de Majorque – Quartier de la cathédrale Palma de Majorque – Quartier de la cathédrale Palma de Majorque – Quartier de la cathédrale Palma de Majorque – Quartier de la cathédrale Palma de Majorque – Quartier de la cathédrale

Côte ouest

Randonnée de La Trapa par le cap Fabioler

Temps de marche 4h30?
Icône dénivelé 530 m.
Icône distance 14,6 km
Télécharger

Cette jolie rando au départ du coll de Sa Gremola (grand parking), se fait en aller-retour. C’est au fil d’un large sentier que se déroule la première partie, dans un décor apaisant.

Randonnée de La Trapa Randonnée de La Trapa Randonnée de La Trapa Randonnée de La Trapa Randonnée de La Trapa

On approche ensuite de la côte nord et des falaises de Ses Serres, d'humeur brumeuses.

Randonnée de La Trapa – Falaises de Ses Serres Randonnée de La Trapa – Falaises de Ses Serres

Plus loin, l’île de Dragonera prend place face au grandiose mirador d'en Josep Sastre.

Randonnée de La Trapa – Mirador d'en Josep Sastre

On descend ensuite vers la mer, par un beau et très allergisant chemin fleuri 🙂. En face, la mystérieuse île de Sa Dragonera… Des moines trappistes ont occupé les lieux entre 1810 et 1824, ce qui a donné son nom à La Trapa ; elle deviendra la propriété d’une association baléare de protection de la nature en 1980.

Randonnée de La Trapa Randonnée de La Trapa – Ile de Sa Dragonera Randonnée de La Trapa – Ile de Sa Dragonera Randonnée de La Trapa – Ile de Sa Dragonera Randonnée de La Trapa Randonnée de La Trapa – Ile de Sa Dragonera
Randonnée de La Trapa – Ile de Sa Dragonera

Retour sur ses pas jusqu’au parking.

Routes des miradors

Je ne voulais surtout pas louper la route des miradors, d’Andraxt à Valldemossa, le long de laquelle sont aménagés différents points de vue. Finalement, je ne l’ai pas trouvée si époustouflante que cela, essentiellement car il y a peu de visibilité en dehors de ces arrêts, qui ne sont d'ailleurs pas folichons. Par contre, il est vrai que les petits villages traversés sont très mignons, comme Deià ou Banyalbufar.

Route des miradors – Vue depuis la torre del Verger Route des miradors – Torre del Verger Route des miradors – Près d'Estellencs Route des miradors – Deià Route des miradors – Banyalbufar Route des miradors – Deià

Valldemossa

Blotties au cœur des montagnes, les ruelles pavées et les terrasses fleuries de Valldemossa en ont fait un des villages les plus appréciés de Majorque. A l’écart des rues passantes où abondent les boutiques à touristes, on trouve aussi quelques artisans. C’est ainsi que j’ai découvert le travail d'Ana Morey, plaza Rubén Darío, qui immortalise les splendides oliviers tortueux entourant le bourg. Un vrai coup de cœur pour ses œuvres, qui ornent désormais ma chambre !

Valldemossa Valldemossa
Valldemossa Valldemossa – Boutique d'Ana Morey Valldemossa Valldemossa Valldemossa

Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix

Temps de marche 5h30?
Icône dénivelé 420 m.
Icône distance 14,3 km
Télécharger

Encore une randonnée indiquée comme l'une des plus belles de l’île et qui m’a laissé un sacré souvenir ! Elle nécessite un minimum d’organisation car elle se fait en aller simple. Comme d’autres, je m’étais garée à Soller en pensant prendre le bus jusqu’au lac de Cúber, et faire la descente jusqu’à ma voiture ; mais le bus n’est jamais passé sans qu’aucune communication ne soit faite. Je me suis donc rabattue sur un taxi (pris à Biniaraix), que j’ai payé 35 €, à la tête du client puisque le compteur était éteint, et visiblement 2 fois plus cher que le tarif affiché dans le véhicule.

Bref, après cette déconvenue de départ, j’entame la rando en contournant le lac par l’est, parmi moutons et chèvres. Au nord se détache nettement le puig Major, qui domine Majorque du haut de ses 1 445 m.

Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Lac de Cúber Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Lac de Cúber

Suite à un premier passage en forêt pas très palpitant, on arrive au coll de L'Ofre, depuis lequel le lac semble déjà loin.

Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Coll de L'Ofre Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Coll de L'Ofre

Je débute ensuite une boucle qui mène au puig de l'Ofre par le sud : un passage très raide en plein cagnard ! Là-haut, le panorama magique sur le lac de Cúber et le puig Major tient toutes ses promesses ! On distingue même clairement à l’ouest les contours de la calanque au fond de laquelle se niche Puerto de Soller.

Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Puig de l'Ofre (1 093 m.)
Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Puig de l'Ofre (1 093 m.) Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Puig de l'Ofre (1 093 m.)

Je redescends par le nord, après un petit cafouillage car le tracé fourni par le guide n’est pas bon. Mieux vaut faire la boucle dans ce sens-là, pour garder jusqu’au bout la surprise de la vue sur le lac ; en effet, il est encore visible en descendant par cette face.

Après avoir rejoint le coll de L'Ofre, s’en suit un passage à travers bois. Et puis on parvient à l’entrée des gorges de Biniaraix, très impressionnantes. Le bouquet final, c’est la descente sur un pittoresque sentier pavé, dont les interminables lacets serpentent entre les oliveraies en terrasses ! De superbes arbres noueux aux formes abracadabrantes de dressent par centaines.

Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Gorges de Biniaraix Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Gorges de Biniaraix Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Gorges de Biniaraix Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Gorges de Biniaraix Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Gorges de Biniaraix Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Gorges de Biniaraix Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Gorges de Biniaraix Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Gorges de Biniaraix

Et puis j'arrive enfin à Biniaraix, cernée par les orangers et les citronniers.

Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Arrivée à Biniaraix Randonnée du lac de Cúber vers Biniaraix – Arrivée à Biniaraix

Presqu’île de Formentor

C’est sans-doute le coin le plus connu de Majorque et il mérite, sans même parler de rando, presque une journée entière de découverte, d’autant plus que les différents points de vue sont métamorphosés selon les lumières de la journée. Si la vue sur la presqu’île depuis le belvédère de Sa Colomer est à voir absolument en fin de journée, celle qu’il offre de l’autre côté sur la Tramuntana est ainsi plus jolie le matin. Quant à la tour Albercutx, il vaut mieux y aller dans la matinée pour le panorama sur la baie de Pollença, mais plutôt le soir pour celui sur la presqu’île de Formentor. Et enfin le phare est à privilégier le matin. Bref, les amoureux des lumières devront quadriller la presqu’île pour saisir les plus beaux moments !

La route

La presqu’île de Formentor est traversée par une jolie route, qui débute au-dessus d’Alcúdia, avec dans le rétro une sacrée vue sur la baie.

Presqu'île de Formentor – Baie de Pollença

Si les beaux panoramas sur la presqu’île se succèdent ensuite, c’est pourtant un endroit que je n’ai guère apprécié. Etroite, la route est fréquentée par de très nombreux cyclistes et automobilistes, ne tenant pas forcément leur droite et n’étant pas toujours au courant du code de la route, ce qui rend la circulation compliquée et dangereuse pour tout le monde. Sans parler des bus qui prennent une voie et demie et ne devraient donc pas circuler jusque-là. Je me suis demandée ce que cela devait être en plein mois d’août ! A noter qu’en repartant l’après-midi, il y avait beaucoup moins de monde que le matin…

Le belvédère de Sa Colomer

Les cars déversent ici des flots de touristes qui se précipitent vers le pimpant belvédère de Sa Colomer, une agitation pas vraiment à mon goût… Mais il faut avouer que la perspective demeure magnifique.

Presqu'île de Formentor – Belvédère de Sa Colomer

La tour Albercutx

En arrivant depuis Alcúdia au belvédère de Sa Colomer, la route bétonnée qui part à droite mène jusqu’à la tour Albercutx, un autre beau spot sur la presqu’île de Formentor, la baie de Pollença et la presqu’île d’Alcúdia.

Presqu'île de Formentor – Baie de Pollença vue depuis la tour Albercutx Presqu'île de Formentor – Baie de Pollença vue depuis la tour Albercutx Presqu'île de Formentor vue depuis la tour Albercutx

Le phare

Tout au bout de la presqu’île, le paysage devient blanc et rocailleux. S’il parait que l’on aperçoit parfois Minorque, ce n’était pas le cas ce jour-là, malgré le beau temps. Inauguré en 1863, après 6 ans de travaux difficiles sur un terrain très abrupt, le phare utilisait à l’origine de l’huile d’olives comme combustible ! Il fut électrifié en 1972.

Presqu'île de Formentor – Vue depuis le phare Presqu'île de Formentor – Phare

La cala Figuera

Mon gros coup de cœur sur la presqu’île de Formentor est pour la cala Figuera ! En rebroussant chemin après avoir atteint le phare, je l’ai d’abord entrevue à la sortie d’un virage, bouche bée devant les couleurs et les lignes de cette nature exceptionnelle.

L’accessibilité de la calanque (grand parking à disposition, et à peine 10 minutes de marche pour la rejoindre, certes assez raide), m’a fait craindre qu’elle soit bondée. Et en fait pas du tout ! C’est vraiment l’une de celles que j’ai préférées à Majorque : j’ai pu m’installer à l’ombre d’un rocher, fendre les eaux translucides et faire la sieste sans que personne ne soit visible aux alentours.

Presqu'île de Formentor – Cala Figuera Presqu'île de Formentor – Cala Figuera Presqu'île de Formentor – Cala Figuera
Icône restaurantà table !

Côté resto, il n’est pas aisé de trouver de quoi manger local parmi les flots d’établissements américains, japonais, ou italiens. Le seul endroit que j’ai vraiment retenu et que je recommande, c’est le café restaurante Sport, placé juste devant la plage de Cala Millor. La formule à 15 € inclut 5 tapas au choix à la carte, ainsi qu’un grand et beau cocktail.

Café restaurante Sport à Cala Millor
Icône hôtelHébergement

Mon séjour à l’hôtel Iberostar de Cala Millor m’a enchantée ! Un établissement chic et moderne, très agréable, avec des services au top et un personnel très souriant. En plus de la belle piscine extérieure au bord de la plage, il dispose d’un cosy espace wellness intérieur. J’ai choisi une chambre avec vue sur la mer, dont l’immense lit fait partie de ceux dans lequel j’ai le mieux dormir dans ma vie 😊 ! Seul hic, la situation dans une station balnéaire en construction, mais comme beaucoup d’hôtels à Majorque…

Hôtel Iberostar Cala Millor Hôtel Iberostar Cala Millor Hôtel Iberostar Cala Millor

J’ai passé la seconde moitié de mes vacances à l’hôtel ME Mallorca à Calvià. Si ma luxueuse suite avec baignoire vue sur mer avait de quoi séduire, j’ai été vraiment déçue par l’ambiance bling-bling de l’hôtel, à laquelle je ne m’attendais pas : une clientèle assez élitiste, de la musique électro jusqu’à point d’heure empêchant de dormir… De manière générale, je ne soupçonnais pas que cette partie de l’île, au sud-ouest de Palma, soit si axée sur le monde de la nuit : jeunes ivres à moitié nus dans les rues, discothèques, bars et casinos à foison... Par ailleurs, au vu des tarifs pratiqués, j’ai regretté l’absence de petites attentions en chambre, et j’ai trouvé l’espace piscine bien en deçà de ce que l’on pouvait attendre. En définitive, si c’était à refaire, je choisirai un autre établissement… et un autre coin de l’île !

Hôtel ME Mallorca Hôtel ME Mallorca Hôtel ME Mallorca Hôtel ME Mallorca Hôtel ME Mallorca Hôtel ME Mallorca
Carte des destinations

Vous avez aimé cet article ?

Pensez à partager, épingler, commenter :
c'est ma meilleure récompense ! Clin d'oeil

Nouveaux articles
Vercors est
28 octobre 2018
Plateau de l'Aubrac
23 septembre 2018
Majorque
8 juillet 2018
Que faire avec ses photos de voyage ?
21 mai 2018
Vercors ouest
22 avril 2018
La liste de vie : un état d'esprit !
25 mars 2018

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !