Les Destinations de Julie
Récit road-trip en Norvège
Accueil > Norvège > Récit road-trip en Norvège

Récit road-trip en Norvège

Visite en août 2014

La préparation du voyage

Pour nos vacances d'été, mon compagnon et moi voulions une destination nature, où l'on puisse faire des randos et du camping sauvage. On a opté pour la Norvège des fjords, que l'on rêvait de voir depuis longtemps. J'ai organisé notre périple deux mois avant le départ. Contrairement à notre voyage en Croatie où nous avions emprunté les transports en commun, nous voulions cette fois-ci louer une voiture sur place, ce qui a beaucoup simplifié l'organisation. J'ai décidé de prévoir un itinéraire avant de partir, mais d'avancer ensuite au gré de nos envies, sans aucun contrainte ni réservation.

Je pensais d'abord partir avec Raynair, mais j'ai ensuite réalisé que, compte-tenu du prix du bus pour l'aéroport de Beauvais, du coût des bagages en soute, et des horaires des vols, il valait mieux choisir Air France. En achetant notre voyage à M-2, nous avons payé 320 €, l'aller-retour pour 2 personnes, avec un bagage en cabine et un bagage en soute chacun, les billets étant échangeables et remboursables. Une carte d'identité suffit. Ne pas oublier la carte européenne d'Assurance Maladie.

Avion

Les bagages

Rentrer tout le nécessaire dans nos bagages n'a pas été une mince affaire ! La tente ronde Quechua est passée en soute sans supplément, bien qu'elle dépasse les dimensions maximales autorisées mentionnées sur le site web d'Air France. Le second bagage en soute était une valise dans laquelle nous avons rentré tout le matériel de camping : matelas autogonflants, duvets, oreillers, etc. Il a fallu ensuite faire contenir tous nos vêtements dans les bagages cabine. Nous avions emporté de quoi tenir une semaine, et avons fait quelques lessives durant le voyage. En cette fin du mois d'août, les gros manteaux et les polaires que nous avions emportés n'ont pas été de trop.

Tout notre itinéraire était consigné dans un classeur de bord, contenant aussi divers renseignements collectés pendant mes recherches. J'ai acheté le guide touristique du Routard, ainsi qu'un dictionnaire norvégien.

En ce qui concerne l'argent, nous n'avons rien emporté de France. On a retiré une grosse somme sur place en arrivant à l'aéroport, puis une seconde somme à mi-parcours, pour limiter les frais bancaires fixes.

La location de voiture

Nous avons loué notre voiture chez Avis, qui proposait l'offre la moins chère. Nous n'avons pas souscrit d'assurance, car notre carte bancaire Visa Premier nous couvrait en cas de pépin. Après notre retour, notre compte a été directement débité des frais de péages (sur les portions de route payantes, les plaques d'immatriculation des voitures sont scannées).

L'itinéraire

Nous sommes partis du 23 août au 7 septembre 2014 et nous avons parcouru 2 600 km. Voici notre itinéraire détaillé :

Jour 1
  • Vol Paris - Oslo
  • Route vers les fjords de l'ouest
Jour 2
  • Kjeragbolten
  • Ferry Lauvvika - Oanes 95 nok, horaires sur norled.no
Jour 3
  • Preikestolen
Jour 4
  • Lauvåsen
  • Route du Ryfylke
  • Ferry Hjelmeland - Nesvik 95 nok, horaires sur norled.no
Jour 5
  • Trolltunga
Jour 6
  • Hardangerfjord
  • Vedalsfossen
  • Vøringfossen
  • Hardangervidda
Jour 7
  • Hardangervidda
  • Stegastein
  • Nærøyfjord
Jour 8
  • Route touristique entre Voss et Vik
  • Stalheim
  • Sognefjord
Jour 9
  • Vidasethovden
  • Ferry Vangsnes - Dragsvik 120 nok, horaires sur fjord1.no
  • Likholefossen
  • Route touristique de Balestrand à Skei
Jour 10
  • Briksdalsbreen
  • Ancienne route de Strynefjell
Jour 11
  • Dalsnibba
  • Flydalsjuvet
  • Geirangerfjord
Jour 12
  • Ferry Eidsdal - Linge 95 nok, horaires sur fjord1.no
  • Gudbrandsjuvet
  • Trollstigen
  • Eikesdalsvatnet
  • Aursjøvegen road
Jour 13
  • Route vers le sud
  • Åmotan Gorge
  • Gorges de Mågålaupet
Jour 14
  • Crête de Besseggen
  • Route touristique de Valdresflye
Jour 15
  • Lillehammer
Jour 15
  • Route vers l'aéroport
  • Vol Oslo - Paris
Itinéraire
➤ Retrouvez le détail de mes pérégrinations !

Le budget

Nous avons dépensé 2 250€ à 2, avec plus de la moitié de ce budget octroyé à la location de la voiture et à l'essence.

Répartition du budget

Mes impressions générales sur la Norvège

⇒ Les paysages

Les paysages que l'on a rencontrés nous ont émerveillés. Nous avons croisé des décors très différents au fil de notre route : parfois de grandes forêts de conifères, ailleurs de vastes plateaux parsemés de lacs, d'autres fois des plaines rocailleuses… Seules les cascades et les moutons étaient là où que nous aillions, tout comme les maisons de bois rouge ! Mon plus grand regret a été de ne pas avoir croisé la route d'élans ou de rennes, malgré de nombreux panneaux indiquant leur présence. Point négatif, j'ai été quelque peu frustrée de la présence quasi systématique de lignes électriques apparentes, y compris dans les plus jolis endroits.

J'étais partie découvrir la région des fjords de l'ouest, mais bizarrement, ce ne sont finalement pas les fjords que j'ai préférés, mais les routes touristiques passant dans des paysages sauvages aux décors changeants. Petit résumé de mes plus beaux souvenirs :

Pour poursuivre sur les paysages norvégiens, les cascades valent bien un paragraphe à elles seules 😊. Des petites, des grandes, des fines, des bouillonnantes : il y en a de toutes sortes et absolument partout ! C'est pour cela que je ne pense pas opportun de calculer son itinéraire en fonction des cascades à voir. Certaines chutes d'eau découvertes par hasard m'ont donné beaucoup plus d'émotion que d'autres indiquées dans tous les guides de tourisme. La seule que j'ai vraiment trouvée incontournable, c'est Vøringfossen.

Bien que le territoire soit sauvage et préservé, le fléchage touristique est très développé : tous les restaurants, hôtels, campings, etc. sont indiqués, tout comme les aires, qui sont nombreuses, et dont la qualité m'a épatée ! Souvent discrètes et intégrées à leur environnement, elles sont toujours propres et équipées de tout le confort nécessaire : papier toilette et savon ne manquent jamais. A Stegastein, j'ai eu le plaisir de faire pipi derrière une immense baie vitrée surplombant le fjord 😊.

⇒ Les églises en bois debout

J'ai bien aimé m'arrêter admirer les stavkirkes, ces églises en bois pittoresques qui sentent la suie. Une fois n'est pas coutume, celles découvertes au hasard de nos pérégrinations et indiquées dans aucun guide ont souvent eu mes préférences.

Heddal Stavkirke

⇒ Les routes

Avant de partir, j'ai lu dans les guides de tourisme beaucoup de choses fausses au sujet des routes norvégiennes. Oui, les routes sont limitées à 80 km/h, mais non, ce n'est pas si lent que ça. La rumeur selon laquelle il faut multiplier par 2 ou 3 le temps de trajet prévu au départ est infondée. Certes, les routes de montagne aux abords des fjords sont sinueuses, mais les temps de trajet estimés par les GPS ou Google Map sont tout à fait fiables. Par ailleurs, contrairement à ce qui était écrit un peu partout, les chauffeurs norvégiens sont aussi pressés que les français ! En résumé, les routes norvégiennes ne méritent pas toutes les questions qu'elles suscitent ! A noter toutefois, le prix de l'essence plus élevé qu'en France (2 € le litre lors de mon séjour).

Nous avons rencontré peu de péages. Néanmoins, vous vous délesterez systématiquement d'une centaine de nok lorsqu'un parking est payant (à régler obligatoirement en carte bancaire).

Sur un registre plus agréable, les routes de la Norvège des fjords sont splendides et constituent des points d'intérêt en elles-mêmes. C'est là que réside tout le plaisir d'un road-trip dans cette région : le temps passé dans la voiture n'est pas un inconvénient, car le spectacle autour de soi est magnifique ! Il m'est arrivé de faire des détours de plusieurs heures pour passer par une route particulière, et ce sont mes plus beaux souvenirs !

⇒ Les ferrys

Les horaires des ferrys sont le plus souvent trouvables sur internet, et nous n'avons jamais attendu plus d'une heure le suivant. Le paiement se fait généralement directement sur le bateau, le prix étant raisonnable.

Ferry

⇒ Les campings

Les campings sont très répandus, et souvent aménagés dans des endroits agréables et dans un style "aire naturelle". Nul besoin de réserver. Les douches sont systématiquement payantes (généralement 10 nok les 5 minutes), et il y a souvent une cuisine commune (mais pas de vaisselle). J'ai toujours trouvé du papier hygiénique, du savon pour les mains et des prises électriques dans les sanitaires. Entre 150 et 170 nok pour une tente, 2 individus et une voiture. S'il n'y a personne à l'accueil, il est indiqué de s'installer librement, les propriétaires passant généralement dans la soirée pour que les campeurs s'acquittent de leur dû.

Camping au bord du Sognefjord

Concernant le camping sauvage, je vais être plus bavarde ! Avant notre départ, j'ai pu lire un peu partout que le camping en pleine nature était autorisé en Norvège, mais je craignais qu'il y ait un décalage avec la réalité, crainte qui ne s'est néanmoins pas confirmée ! Le camping sauvage a été une immense source de joie durant notre voyage, et pour rien au monde je n'aurais échangé cela contre un séjour en hôtels. Cela a donné une dimension complètement différente à nos vacances, et je recommande cette expérience à tous les baroudeurs qui veulent profiter au maximum des paysages. Nous avons dormi dans des endroits magiques, comme au-dessus d'un fjord, au milieu du Hardangervidda, ou au pied d'un glacier… Nous n'avons jamais ressenti d'insécurité, et nous avons pu voir que la pratique était plutôt répandue. Il est vrai que l'on a parfois eu froid (on avait des duvets -5°-0°), mais le jeu en valait la chandelle.

⇒ Le climat

Ce que j'ai retenu de mon expérience, c'est que le climat norvégien est imprévisible. Il change très vite, et les conditions météorologiques peuvent être différentes d'une année sur l'autre, ou d'une vallée à l'autre. Etant donné la réputation du pays, je m'attendais à beaucoup de pluie et d'humidité, surtout que nous partions hors saison (en Norvège, l'été s'étend de mi-juin à mi-août, et après cette période, les températures descendent très rapidement). Les 3 premiers jours, nous nous faisions en effet du soucis pour la suite de notre périple, car la pluie et le brouillard rendaient les randonnées impossibles et que toutes nos affaires étaient déjà trempées. Mais nous avons finalement été plutôt chanceux. Le temps a ensuite été souvent nuageux, mais sans pluie, et nous avons profité de quelques jours de grand ciel bleu. Les températures avoisinaient la plupart du temps les 10-15° en journée. La nuit, cela variait beaucoup d'un endroit à l'autre : parfois 15° sous la tente, d'autres fois à peine plus de 0°…

Concernant la longueur du jour, au mois d'août-septembre, elle était similaire à celle en France à la même période.

Etonnamment et contrairement à ce que beaucoup de monde m'avait dit, très peu de moustiques ont croisé notre route. Peut-être est-ce dû à la saison reculée.

⇒ La nourriture

Nous avons mangé ce que nous trouvions dans les supermarchés, ce qui nous a permis quand-même de goûter aux spécialités locales : les potetsalads, les fromages norvégiens dont certains sont mémorables, les saucissons d'élan ou de renne, le saumon fumé, etc. A ne rater sous aucun prétexte : le brunost, un fromage typiquement norvégien au caramel. Vous adorerez ou vous détesterez, mais il faut essayer au moins une fois ! Des barbecues à usage unique à la somme modique nous ont permis de manger parfois chaud. Nous nous sommes arrêtés une fois dans un restaurant, et comme prévu l'addition a été très salée : 50 € pour une entrée que l'on s'est partagée et un plat chacun. Dans les moyennes surfaces, les prix étaient également plus élevés qu'en France.

Potetsalad Saumon fumé Brunost Gâteaux à la cannelle Gamalost Barbecue jetable

Les supérettes sont nombreuses et nous n'avons jamais manqué de nourriture ; mais nous avons été étonnés de n'avoir jamais croisé un hypermarché un peu plus grand que les autres.

Coop market

⇒ L'accueil des norvégiens et la langue

Nous n'avons pas tellement parlé avec les norvégiens, mais ils nous ont parus accueillants, ni plus ni moins qu'ailleurs. Gros avantage : ils parlent tous très bien anglais, ce qui facilite grandement la communication.

Vous avez aimé cet article ?

Pensez à partager, épingler, commenter :
c'est ma meilleure récompense ! Clin d'oeil

Nouveaux articles
Vercors est
28 octobre 2018
Plateau de l'Aubrac
23 septembre 2018
Majorque
8 juillet 2018
Que faire avec ses photos de voyage ?
21 mai 2018
Vercors ouest
22 avril 2018
La liste de vie : un état d'esprit !
25 mars 2018

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !